Please reload

Posts Récents

Québec poursuivi pour «maltraitance» au nom de résidents des CHSLD

 Crédit photo: Actualité 24H

 

Le Conseil pour la protection des malades poursuit Québec pour maltraitance. L’organisme de défense des droits des usagers du réseau de la santé a annoncé par communiqué avoir déposé une requête d’autorisation d’une action collective pour maltraitance au nom des résidents des CHSLD du Québec « en raison de la dégradation marquée des soins et [des] services qui sont offerts » dans ces établissements.

 

Un montant de 350 à 850 dollars par mois de vie en CHSLD pour chaque résident depuis 3 ans est réclamé à titre de dommages.

 

Tous les établissements de santé gérant des CHSLD au Québec sont visés.

 

Le président du Conseil pour la protection des malades, Paul Brunet, s’est refusé à tout commentaire avant une conférence de presse prévue mercredi après-midi.

 

La requête, envoyée aux médias, allègue que les résidents ont été « privés de services de santé et de services sociaux adéquats, suffisants, et de qualité » durant les trois dernières années.

 

Selon la requête, les CHSLD du Québec « ne constituent pas un milieu de vie substitut acceptable respectant les prescriptions de la Loi, les orientations ministérielles et les autres exigences posées par le gouvernement ».

 

Lacunes multiples dénoncées

Un des codemandeurs de cette action collective, Daniel Pilote, est un homme dans la cinquantaine atteint de dystrophie musculaire. Résident en CHSLD depuis 2014, il se déplace en fauteuil roulant. Il est privé de la mobilité de presque tout son corps sauf pour sa tête et sa bouche. Il a à plusieurs reprises dénoncé les conditions de vie qui règnent dans les CHSLD dans les médias traditionnels et sur les réseaux sociaux.

 

Selon les observations de M. Pilote citées dans la requête, depuis deux ans, « les membres du personnel soignant sont moins nombreux ». Ceux qui restent sont « surchargés et épuisés », « ce qui se reflète sur la qualité des soins qu’ils prodiguent ». Sur son étage, pour 32 patients, il y a 4 préposés, ainsi qu’un seul infirmier de nuit pour l’ensemble des 111 résidents du CHSLD, indique la requête.

M. Pilote se dit lavé de manière inadéquate, si bien que, parfois, il se sent « même encore sale ».

 

Les soins à son endroit sont qualifiés de « complètement impersonnels et empreints d’incompétence ».

 

De plus, M. Pilote estime être victime « régulièrement » d’erreurs médicales.

 

« Ces lacunes font en sorte qu’il rate ses rendez-vous et ne réussit pas à contrôler sa vie », précise la requête. « Il se sent humilié, maltraité et déprimé », ajoute-t-on, ce qui affecte jusqu’à son « désir de vivre ».

 

La requête dénonce de nombreux manquements, comme l’unique bain hebdomadaire, la gestion des culottes d’incontinence, l’absence de services d’hygiène dentaire et de soins des ongles et l’absence de suivi médical adéquat. Elle pointe également du doigt le recours « de manière abusive » aux antipsychotiques « afin de plonger [des résidents] dans un état d’apathie, de sommeil ou de somnolence tôt dans la journée, en vue de réduire le travail du personnel ». Les contentions physiques sont aussi dénoncées, de même que la mauvaise qualité des repas et la faible prise en compte de l’horaire de vie de chacun.

3 commentaires

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous